Quel orage ô mon cousin Noé…

Bernard Zimmermann

Au Souf, lorsque quelqu’un ne réalise pas une situation, on dit de lui :
« Quel orage, ô mon cousin Noé !. (ia Khi guerra ia Nouh ia ould Khalti »
J. Scelles-Millie, Contes sahariens du Souf

« Quand je suis arrivé à Oran, pour y enseigner, en 1948, je n’étais ni communiste ni « pour les Arabes ». Avec quelques amis, ensuite, nous avons voulu fonder un groupement Fraternité Algérienne, pour que les Arabes et les Européens s’entendent. Projet utopique, il faut le reconnaître, car les intransigeants étaient majoritaires : les uns eussent voulu que l’Histoire demeurât immobile, les autres qu’elle accomplît son destin. Ce temps-là, mieux que le cinéma, la carte postale en fixe l’image instantanée. Et Bernard Zimmermann, avec pudeur, ramène ainsi en France un peu de cette terre, de ces odeurs, de ces bruits d’une Algérie perdue. Car, sur place, ce passé-là s’efface, inexorablement ; pour disparaître à jamais? Chacun de ceux qui ont vécu là-bas en témoigne, il semblerait qu’en certains lieux, cent ans de « présence française » n’ont pas eu plus d’effet qu’une tique sur la queue d’un chameau…
Marc Ferro Extrait de la préface


Prix : 18,50 €
ISBN : 978-286577-110-3
Format 17,5 x 24cm à l'italienne - 160 pages -
Préface de Marc Ferro - Illustré de 41 cartes postales anciennes. Broché, couverture en quadrichromie.
Publié dans Essais Beaux-arts Photographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Captcha *

70 ans d’édition 1943 – 2013

Catalogue de tous les livres publiés par année avec index des titres, des auteurs et des artistes.

Lire la suite ›