La Belle coutelière

Eugène Le Roy,

Cette longue nouvelle, publiée pour la première fois en 1905 dans le journal Le Temps, retrace la tragique histoire d’amour qui se déroule dans  » la vieille bastille de Montglat-du-Périgord « , dans laquelle on reconnaît aisément Domme.
La Belle Coutelière, de l’avis même dEugène le Roy est la meilleure de ses nouvelles et surtout la plus vivante. :  » Si vous connaissiez ma Belle Coutelière, vous en deviendriez amoureux « , écrit-il.
Ce livre présente le manuscrit autographe signé et daté, d’une extrême rareté : La Belle Coutelière est la seule œuvre dont on connaisse le cheminement du manuscrit à l’édition définitive. C’est ainsi que l’on découvre les intentions initiales de l’auteur, ses repentirs, ainsi que de nombreux passages édulcorés dans les versions imprimées.
Cette édition vient accomplir le souhait d’Eugène Le Roy de publier cette nouvelle pour elle-même. La Belle Coutelière a toujours été regroupée avec trois autres nouvelles en un volume, Au pays des pierres.
L’ouvrage comprend une introduction de Joëlle Chevé :  » La Belle Coutelière, la fatalité amoureuse « , une étude de Jean-Louis Glénisson, directeur de la Bibliothèque municipale de Périgueux :  » Du manuscrit à l’édition, le parcours d’une œuvre « , le fac-similé du manuscrit et sa transcription accompagnée de très nombreuses notes établies par Jean-Louis Glénisson.


Prix : 24 €
ISBN : 978-286577-260-5
Format : 20 x 26 cm - 152 pages-
relié, tiré à 1 000 exemplaires numérotés introduction de Joëlle Chevé, étude de Jean-Louis Glénisson
Tagués avec : ,
Publié dans Littérature Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Captcha *

70 ans d’édition 1943 – 2013

Catalogue de tous les livres publiés par année avec index des titres, des auteurs et des artistes.

Lire la suite ›