L’âme indienne

Melva Lind (d'après les manuscrits de Joseph- Nicolas Nicollet)

Né en Savoie en 1786 de parents pauvres, Nicollet enseigne d’abord à Chambéry, puis devient l’un des premiers boursiers de l’École normale supérieure de Paris. Pionnier de la statistique, ses théories sur le calcul des probabilités l’entraînent à spéculer en Bourse et le mènent ainsi que ses amis à la ruine.

Il quitte la France, débarque à New York le 31 décembre 1831, et se rend, le croyons-nous, au séminaire Sainte-Marie à Baltimore.

En 1836, Nicollet arrive au Fort Snelling, à la fois îlot de civilisation entre les tribus Sioux et Chippewa, et position stratégique en liaison avec Saint-Louis, port intérieur versé dans la défense militaire et le commerce de la fourrure. Là, aidé par le commandant Lawrence Taliaferro, commissaire aux affaires indiennes, Nicollet poursuit ses recherches scientifiques et ses explorations en vue de sa grande carte du Haut-Mississippi. En 1836, le ministère de la Guerre à Washington lui prête certains instruments, et Chouteau de Saint Louis, commerçant en fourrure, participe probablement aux frais.

Miné par la maladie, Nicollet meurt en septembre 1843 à Washington. Son influence fut si grande que son nom est resté attaché à une île du Minnesota.

 

D’après les manuscrits de Joseph-Nicolas Nicollet


25 €
ISBN 978-286577-096-6
16 x 25 cm - 250 pages -
65 illustrations. Broché, couverture illustrée en deux couleurs.
Publié dans Essais Beaux-arts Photographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Captcha *

70 ans d’édition 1943 – 2013

Catalogue de tous les livres publiés par année avec index des titres, des auteurs et des artistes.

Lire la suite ›